-

BAROMETRE ANIA - GRAS SAVOYE DE LA PERCEPTION DES RISQUES PAR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES EN 2015

L’Association Nationale des Industries Alimentaires et son partenaire stratégique Gras Savoye présentent leur baromètre 2015 de la perception des risques par les dirigeants d’entreprises agroalimentaires. 

Afin d’accompagner les entreprises agroalimentaires dans une démarche structurée d’identification et de gestion des risques, l’ANIA et GRAS SAVOYE, avec le soutien du quotidien Les Marchés, présentent leur baromètre 2015 sur la perception des risques par les entreprises agroalimentaires.

Les réponses apportées par les dirigeants ont permis de faire émerger des tendances sur la perception des risques propres au secteur agroalimentaire, leurs pratiques en matière de gestion des risques, et les principaux sujets sur lesquels les industriels ressentent le besoin d’être accompagnés.

« Cette édition 2015 montre tout d’abord l’importance que les dirigeants agroalimentaires accordent aux consommateurs et aux salariés. Je ne suis pas surpris de voir que les risques sanitaires et ceux liés à la santé et la sécurité des salariés se placent en tête des préoccupations des dirigeants. C’est une bonne chose de voir que dans notre secteur l’humain se situe au cœur de nos actions et préoccupations. » Jean-Philippe GIRARD, Président de l’ANIA

  • Les trois principaux risques pour lesquels les IAA sont attentives sont : les risques sanitaires, les risques liés à la sécurité et à la santé des salariés et les risques financiers et administratifs,
  • 89% des IAA disent maitriser les risques sanitaires et 75% les risques environnementaux,
  • 34% et 30% des entreprises déclarent ne pas / peu maîtriser les risques liés à l’export et à la réputation,
  • 49% des entreprises interrogées déclarent avoir déjà réalisé un audit des risques.

 

Préoccupation des entreprises : la sécurité des produits et des personnes en tête

62% des entreprises agroalimentaires classent le risque sanitaire dans le top 3 de leurs préoccupations. Arrivent ensuite les risques liés à la sécurité et à la santé des salariés (47%) puis les risques financiers et administratifs (42%).

Les principaux risques semblent maîtrisés par les dirigeants agroalimentaires. Ainsi, après les risques sanitaires arrivent ensuite les risques environnementaux (75%), les risques financiers et administratifs (73%), les risques industriels et supply chain (72%), les risques liés aux rapports sociaux dans l’entreprise (69%) puis les risques liés à la sécurité et à la santé des salariés (68%).En tête des préoccupations des dirigeants agroalimentaires, les risques sanitaires sont également ceux qui sont les mieux maîtrisés (89%). Cette préoccupation permanente autour de la sécurité sanitaire participe probablement à hisser la France sur le podium des leaders mondiaux en termes de qualité et de sécurité des aliments

Par contre, quelques incertitudes demeurent sur les risques liés à l’export (51%), les risques liés à la fraude et la maveillance (58%) et ceux liés à la réputation (64%).

 

Stratégie de gestion des risques

Loin d’être uniquement en position de constat, 42 % des dirigeants déclarent avoir mis en place une stratégie de gestion globale des risques. 53% des entreprises agroalimentaires interrogées affirment qu’un audit des risques a déjà été réalisé ou est en cours de réalisation.

Les principaux risques audités sont les risques sanitaires (36%), les risques de fraude et de malveillance (26%) et les risques liés à la sécurité et la santé des salariés (25%).

Parmi les entreprises qui n’ont pas réalisé d’audit des risques, 68% envisagent de le faire prochainement.

« Dans un monde qui évolue de plus en plus vite, une évaluation de la perception des risques est nécessaire. Avec l’ANIA, Gras Savoye met son expertise au service des 15 789 entreprises agroalimentaires de France. La capacité de s’adapter aux nouveaux risques constitue un important levier de compétitivité. Nous accompagnons les dirigeants des entreprises agroalimentaires dans la maîtrise de leurs risques actuels et émergents, afin de favoriser leur développement » explique Gilles BENEPLANC, Directeur Général Délégué de GRAS SAVOYE.