-

[CP ANIA] JEAN-PHILIPPE GIRARD RÉÉLU A LA PRÉSIDENCE DE L’ANIA

Jean-Philippe Girard, entrepreneur autodidacte et président fondateur de la société Eurogerm à Dijon, a été réélu ce matin à la présidence de l’Association Nationale des Industries Alimentaires pour un deuxième mandat consécutif de trois ans (2016-2019). Il poursuivra et renforcera sa stratégie initiée en 2014 visant à soutenir une croissance rentable et une consommation plus responsable.

Une réélection placée sous le signe de la confiance, de l’action et de la détermination

Le Conseil d’Administration de l’ANIA réuni ce matin a renouvelé sa totale confiance à Jean-Philippe Girard. Ce dernier a été réélu à la présidence de l’ANIA pour trois ans jusque 2019. Son premier mandat (2013-2016) a été marqué par son souci du collectif, sa volonté affirmée de reconquête et de redonner de la fierté aux entrepreneurs et aux salariés de la première industrie de France.

Au bilan de son mandat, certains accomplissements notables ont été particulièrement appréciés dont :

  • la mise en place d’une gouvernance plus performante, plus ouverte et plus collective,
  • la création d’une grande maison de l’alimentation, un lieu central et convivial où siègent désormais l’ANIA et six de ses fédérations adhérentes,
  • la qualité des services quotidiens rendus par l’ANIA aux adhérents et aux entreprises sur ses domaines d’expertise (Alimentation-Santé, Relations commerciales, Développement Durable, Affaires sociales, Export, Innovation),
  • l’amélioration et la modernisation du dialogue avec les médias, les consommateurs-citoyens et les pouvoirs publics.

 

« Pendant ces trois années, j’ai tenu à porter, à défendre et à promouvoir la fierté, la responsabilité et l’ambition de notre secteur, de nos entreprises, de nos entrepreneurs, et de nos salariés. Redonner de la valeur à l’alimentation constitue notre mission collective et restera mon leitmotiv » a indiqué Jean-Philippe GIRARD.

 

 

Un deuxième mandat d’écoute, de dialogue et de combat

L’industrie alimentaire est confrontée à de nombreux freins à son développement : une absence de pilotage stratégique de la politique de l’alimentation en France, une extrême volatilité et un manque de compétitivité de certaines matières premières, une pression continue sur les prix en grande distribution, une complexité des normes administratives, de nombreuses menaces fiscales et réglementaires, une image écornée par un foodbashing incessant, et une perte d’attractivité de ses métiers industriels auprès des plus jeunes.

Pourtant son potentiel est immense. Premier secteur et employeur industriel du pays avec 440 926 salariés, sa capacité à investir, recruter, innover, se moderniser et exporter (44,3 milliards d’euros de produits alimentaires exportés) reste indispensable pour l’économie de la France et de ses territoires.

Le secteur agroalimentaire est particulièrement résilient en temps de crise grâce à ses 16 218 entreprises innovantes et dynamiques. Dans ce contexte, les leviers de développement des entreprises agroalimentaires doivent être activés et les freins à son développement doivent être levés.

 

« Stratégique pour notre pays et pour la société, le secteur agroalimentaire doit bénéficier des conditions favorables visant à soutenir une croissance rentable et une consommation responsable. Il est nécessaire de renouveler la relation qui unit notre industrie, nos partenaires de filière, les consommateurs et les pouvoirs publics. Lors des Assises de l’Alimentation, j’ai présenté un nouveau Pacte Alimentaire. Il constituera le socle de mon action à venir et sera déterminant dans nos rencontres avec les candidats à la présidence de la république 2017 » » a expliqué Jean-Philippe Girard

 

Dans ce cadre, les relations au sein de la filière alimentaire resteront la première priorité pour Jean-Philippe Girard qui a déjà annoncé sa volonté de renforcer l’observatoire des négociations commerciales et le dialogue avec les acteurs de la grande distribution. En complément, un club PME-ETI et un club des exportateurs seront créés au sein de l’ANIA.

De plus, l’ANIA renforcera son implication au sein de la solution industrielle intitulée « alimentation intelligente » mise en place par le ministre de l’économie Emmanuel Macron et au sein du contrat stratégique de la filière alimentaire dont Jean-Philippe Girard assure la vice-présidence.

Enfin, la démarche d’écoute des consommateurs, mise en place avec la Grande Consultation sur l’alimentation qui a bénéficié de près de 9 000 retours citoyens, sera poursuivie par l’ANIA.

« Le consommateur restera au cœur de notre attention, l’emploi local et l’investissement au cœur de nos préoccupations, l’entreprise rentable et responsable au cœur de notre stratégie. » a rappelé Jean-Philippe Girard.

 

Une gouvernance collective et ambitieuse

Poursuivant sa démarche initiée en 2013 de rendre la gouvernance de l’ANIA toujours plus collective, Jean-Philippe Girard sera épaulé par un bureau de 9 vice-présidents, qui seront élus au prochain conseil d'administration le 21 juillet 2016. Chaque vice-président aura en charge la réflexion stratégique de l'un des 9 enjeux clés du secteur agroalimentaire :

  1. Alimentation – Santé – Information consommateur
  2. Relations Industrie – Commerce – Distribution
  3. Image – Réputation – Communication
  4. Emploi – Formation – Attractivité
  5. Environnement – Développement durable – RSE
  6. Matières premières agricoles et 1ère Transformation
  7. Europe – International – Import/Export
  8. Dialogue avec les Pouvoirs Publics et les administrations
  9. Evolution de nos Organisations

 

« Je tiens à remercier les membres du conseil d’administration pour leur confiance et leur implication à mes côtés. J’aurai à cœur de défendre et promouvoir en France et à l’international nos entreprises de toute taille, de tout métier, et de toute région  et d’agir pour le bien de notre belle filière »  a conclu Jean-Philippe Girard.

 

 


Biographie de Jean-Philippe Girard, président réélu de l’ANIA

A 57 ans, cet entrepreneur dijonnais et autodidacte compte, à son actif plus de 35 ans d’expériences dans le secteur agroalimentaire.

Jean-Philippe Girard a débuté en 1980 sa carrière aux Grandes Minoteries Dijonnaises. Quatre ans plus tard, il prend la direction qualité et développement du groupe Interfarine.

En 1989, il quitte le groupe pour créer sa société EUROGERM, dont il est le Président Directeur Général.

En l’espace de quelques années, EUROGERM a su s’imposer comme une entreprise leader de son secteur composée de 288 salariés impliqués dans la recherche, le développement et la commercialisation d’ingrédients destinés aux industriels de la meunerie et de la boulangerie. EUROGERM est aujourd’hui un fleuron industriel d’innovation et de développement international avec plus de 89 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015 dont 59% à l’export.

Jean-Philippe Girard est également gérant de la holding ACG Participation, président de Rubis Capital, membre fondateur du pôle de compétitivité VITAGORA.

Au sein de l’Association Nationale des Industries Alimentaires, Jean-Philippe Girard est membre du conseil d’administration depuis 2002 et Président de l’ANIA depuis juin 2013 (renouvelé 3 ans jusque 2019).

 

 


L’Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) rassemble  18 fédérations nationales sectorielles et 23 associations régionales, représentatives des 16 218 entreprises alimentaires de France. L'agroalimentaire est le premier secteur économique français avec un chiffre d'affaires de 170 milliards d'euros et le premier employeur industriel avec 440 926 salariés. L’ANIA est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics, des administrations et des médias sur les sujets liés à l’alimentation. www.ania.net